>>Sara Rosenberg, Un fil rouge - Un hilo rojo, éd. La contre allée. Rencontre le vendredi 18 janvier

17 janvier 2013
Auteur(e) : 
Paris, janvier 2013



Vendredi 18 janvier à 19h
Rencontre avec Sara Rosenberg et sa traductrice Belinda Corbacho
à la Librairie Palimpseste , 16, rue de Santeuil, Paris 5e (face à Paris III)




Sous la forme d’un puzzle narratif, Un fil rouge, premier roman de Sara Rosenberg, raconte l’histoire de Julia Berenstein, jeune femme engagée dans l’action révolutionnaire en Argentine, dans les années soixante dix.
A travers le discours et la perception des personnes qui l’ont connue, le lecteur découvre petit à petit l’histoire des disparus dans un contexte de lutte armée et de « guerre sale ». La polyphonie et les différentes modalités d’écriture, de même que la construction labyrinthique du roman obligent à une lecture active grâce à laquelle le lecteur doit se faire sa propre idée sur ce moment historique tragique. Une voix peu à peu s’impose, celle de Miguel, ami de Julia, qui veut faire un film sur elle en interrogeant tous ceux qui ont croisé son chemin, l’ont aidée, aimée, incomprise ou trahie jusqu’à sa disparition.
Miguel sur les traces de Julia est en quête de vérité, mais faire ce film sur l’amie d’enfance à jamais perdue est aussi une façon de faire son deuil, en rendant une présence à la défunte absente. Authentique et émouvant, Un fil rouge tente de restituer la douleur de ceux qui restent, leur incompréhension face à la violence. Dans ce roman politique et poétique, Sara Rosenberg nous livre une vision contrastée et juste d’une période récente où la quête d’un idéal de justice sociale a laissé place à l’affrontement armée, la terreur et le désespoir de toute une génération.

Sara Rosenberg
Écrivaine, dramaturge et artiste visuelle. Sara Rosenberg est née en Argentine (Tucumán) et réside actuellement à Madrid. Elle a publié jusqu’à ce jour quatre romans.

Belinda Corbacho (traductrice)
Agrégée d’espagnol, enseigne en classes préparatoires littéraires. Passionnée par la littérature contemporaine argentine, elle a consacré sa thèse à l’œuvre narrative de l’écrivaine argentine Silvina Ocampo.

Article tiré du site : http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr
Rubrique:  Brèves