>>Iván Thays, Un lieu nommé Oreille-de-Chien, éd. Gallimard / Anagrama. Mardi 28 juin à 19h à la librairie.

21 juin 2011
Auteur(e) : 
Paris, Place de l’Estrapade, juin 2011



Mardi 28 juin à 19h

à la nouvelle librairie El Salón del libro, 21 rue des Fossés Saint-Jacques. Paris 5e (Près du Panthéon).

En partenariat avec le Centre Culturel Péruvien CECUPE autour de l’auteur Iván Thays avec sa traductrice française Laura Alcoba clic et Cecilia Hare.

L’intégrale à l’état brut - Radio Librería !



Autour d'Iván Thays. Laura Alcoba & Cecilia Hare par Sonia Lambert

A voir l’entretien avec Salomon Lerner, de la Commission Vérité et Réconciliation aux élections présidentielles


Iván Thays (né en 1968) est l’un des écrivains péruviens les plus importants de ces dernières années. Auteur de plusieurs nouvelles et romans, il est également blogueur, professeur d’université et présentateur d’une émission télévisuelle sur la littérature. Un lieu nommé Oreille-de-Chien est son premier roman traduit en français.



Ce roman est le livre d’un voyage ou plutôt d’un double voyage : celui que fait un jeune journaliste jusqu’à une bourgade appelée Oreille-de-Chien, à plus de trois mille mètres sur la Cordillère des Andes, mais également celui, parallèle, qui le projette à l’intérieur de lui-même, vers les tréfonds de ses souvenirs.
Nous sommes au Pérou, quelques années après la chute de Fujimori et la fin de la « guerre sale » entre le Sentier Lumineux et l’armée régulière péruvienne. Pendant ce conflit meurtrier, les paysans indiens d’Oreille-de-Chien ont été tués indistinctement par les guérilleros et les patrouilles militaires qui ont mené dans la zone une répression d’une violence extrême. C’est pourquoi le nouveau président, Alejandro Toledo, choisit le village pour lancer l’un de ses programmes sociaux destinés aux populations andines, un geste politique fort et hautement symbolique. Comme bien d’autres journalistes de la capitale, le protagoniste est envoyé couvrir l’événement, mais il n’imagine pas ce qui l’attend dans ces montagnes où il va s’éprendre d’une femme indienne et découvrir un autre visage de son pays et de lui-même.
Par petites touches, avec une écriture agile, fine et intelligente, Iván Thays restitue l’atmosphère irréelle d’Oreille-de-Chien et plonge son lecteur dans un univers dense et magique où les tensions culturelles et ethniques restent très vives. Son récit est une grande histoire d’amour et de haine, mais aussi un regard nouveau sur le Pérou actuel, à l’heure des politiques de la mémoire et du triomphe de la mondialisation.

Article tiré du site : http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr
Rubrique:  Les rencontres de la Librairie 2011. Radio Librería !