>>Denis Merklen, Quartiers populaires, quartiers politiques, éd. La Dispute

12 octobre 2012
Auteur(e) : 
Paris, janvier 2009



Denis Merklen est sociologue, enseignant-chercheur à l’Université Paris 7 Diderot et membre du Centre d’Études des Mouvements Sociaux (EHESS/CNRS). Ses recherches portent sur les classes populaires, leurs modes d’inscription collective, d’individuation et de socialisation politique.


Denis Merklen
envoyé par Alexandre de Nunez


Jeudi 14 mai à 18h à la Cité des Arts

Mon quartier, ma crise, entre les deux rives

Avec :

Robert CastelRobert Castel est sociologue. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, parmi les derniers, La montée des incertitudes : travail, protections, statut des individus (Seuil, mars 2009), Les Métamorphoses de la question sociale (Fayard, 1995), Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi (avec Claudine Haroche, Fayard, 2001), L’Insécurité sociale (Seuil/La République des Idées, 2003) et La Discrimination négative (Seuil/La République des Idées, 2007).

José Muñoz est un maître de la bande dessinée en noir et blanc, à l’instar d’Hugo Pratt ou Frank Miller. Son œuvre, difficilement dissociable de celle de son complice scénariste Carlos Sampayo est empreinte de sa culture argentine, du déracinement, de révolte, de luttes politiques, d’engagement, mais aussi de musique et de d’amour du dessin.

Rencontre animée par Jacques Munier.

Rencontre mardi 14 avril à 18 heures 30 Avec Denis Merklen

à la librairie Gibert Joseph Grande Bibliothèque
21 rue Lagroua-Weill-Hallé
75013 Paris
01 46 46 10 50



Pour les classes populaires, le quartier est devenu le terrain des nouvelles solidarités et identités. De nouveaux conflits y prennent forme. Le quartier est aussi l’espace de l’action publique et de ses institutions, qu’elles soient étatiques ou non : école, police, associations, politiques sociales, partis politiques, groupes religieux s’y activent. Et du coup, ici aussi, se localisent les formes variées de l’action collective, de la protestation à la négociation, de la révolte à la participation créatrice à tout un ensemble de politiques sociales, urbaines ou culturelles.

Le positionnement même des catégories populaires au sein de la société en est bouleversé. Changement de sociabilité, changement du sens de la politique, changement dans les processus d’individuation, Denis Merklen, sociologue, nous propose de comprendre ce complexe de phénomènes qui a transmué les « travailleurs » en « habitants » ou en « pauvres ».

Robert Castel nous dit dans sa préface que « son analyse rigoureuse de ce qui se passe effectivement dans les situations sociales de changement extrême nous invite à élargir la conception que l’on se fait communément de la politique ». C’est en effet en bonne partie l’avenir de nos démocraties qui se joue entre ces mots qui n’ont rien d’interchangeable, individu, citoyen, pauvre, habitant, travailleur ...



Retrouvez Denis Merklen lors du 2e Salon du livre d’Amérique latine : Comment les sciences sociales parlent-elles de l’Amérique latine ?.


Article tiré du site : http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr
Rubrique:  Programme salon 2009