>>Yvonne Pierron, Missionnaire sous la dictature, éd. du Seuil

10 mai 2017
Auteur(e) : 
Paris, octobre 2007


C’est une vie extraordinaire. Celle d’une femme dont le courage force l’admiration. Un destin, tragique et héroïque à la fois, qui croise sans cesse la grande histoire. Yvonne Pierron entre en religion à l’âge de dix-sept ans pour combattre la misère et l’injustice. Sa vie de missionnaire la conduit en Argentine. Elle travaille comme infirmière dans les bidonvilles de Buenos Aires ou chez les planteurs de tabac du nord du pays.



Yvonne Pierron
envoyé par Alexandre de Nunez


Victime des persécutions que les militaires argentins infligent à tous les hommes et les femmes de « gauche » à partir du coup d’État de 1976, Yvonne échappe de très près à la mort tandis que deux de ses proches compagnes, Alice Domon et Léonie Duquet, sont assassinées dans des conditions abominables. Le général Videla et le lieutenant Astiz - « l’ange blond de la mort » - sont les acteurs maléfiques de ce drame, devenu l’un des pires symboles de cette époque.

Après avoir fui l’Argentine dans le plus grand secret, Yvonne rejoint le Nicaragua, passé aux mains des révolutionnaires sandinistes. Mais le grand amour de cette fille de résistants alsaciens se nomme Argentine. Elle y vit toujours, à près de quatre-vingts ans, poursuivant son combat dans un village perdu au milieu des forêts.

David Bornstein, coauteur de ce livre, est journaliste. Ancien correspondant de Libération en Amérique latine, il travaille aujourd’hui pour Arte et Le Point.





Article tiré du site : http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr
Rubrique:  Brèves