Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>Chronique politique du Pérou, octobre 2014

Chronique politique du Pérou, octobre 2014

Un autre changement du gouvernement et des élections régionales et municipales marquées par la violence et la corruption

Mariella Villasante Cervello
Anthropologue, Chercheuse associée à l’IDEHPUCP, Lima

Depuis le mois de juin, le pays vit sous le signe des préparatifs des élections municipales et des présidents des 25 régions. Le Jurado nacional de elecciones (JNE) a fermé l’inscription des candidatures le 7 juillet, et il estimait qu’environ 100 mille candidats participeraient aux élections prévues le 5 octobre. Les campagnes ont été cependant marquées par un taux important de dénonciations pour corruption, y compris pour les présidences régionales, et par des actes d’une rare violence politique ; trois candidats ont été assassinés (Huánuco, Junín et Tumbes), plusieurs ont été menacés, et un attentat contre un convoi de police s’est soldé par la mort de deux policiers dans la région d’Ayacucho. Le convoi allait de Pichari à Huamanga pour protéger la distribution du matériel électoral dans la région en état d’urgence du VRAEM (vallée des fleuves Apurímac, Ene et Mantaro). Il fut attaqué par une colonne de terroristes du Sentier Lumineux commandés par le « camarade Dino » dans la zone d’Ayna (La Mar). Depuis le mois de septembre, les senderistes dirigés par la « camarade Olga », s’activaient dans les villages dans la province de Huanta pour appeler au boycott des élections. Cette attaque s’est donc produite dans un contexte d’opposition violente des rémanents senderistes contre l’affirmation du processus démocratique en œuvre dans cette zone d’Ayacucho qui était au cœur de la guerre civile péruvienne http://www.larepublica.pe/04-10-2014/dos-policias-muertos-en-otra-emboscada-senderista-en-el-vraem.

Les résultats des élections

Au total, ce sont près de 21 millions de Péruviens qui ont voté pour élire 12,000 autorités régionales et locales pour la période allant de 2015 à 2018. Ont été élus 25 présidents régionaux, 195 maires de province, 1647 maires de district, ainsi que 25 présidents adjoints, 294 conseillers régionaux, 1751 regidores de province et enfin 8775 conseillers de district http://www.larepublica.pe/05-10-2014/21-millones-de-peruanos-acuden-hoy-a-las-urnas-para-elegir-a-12692-autoridades .

Les résultats des élections ont été confirmés à 100% le 7 octobre. L’ancien maire de Lima, Luis Castañeda Lossio a retrouvé son poste avec 50,7% des voix, alors que la maire actuelle, Susana Villararán, n’a obtenu que 10,5%, et Enrique Cornejo 17,6%. Le Conseil métropolitain de Lima, qui compte 40 membres, sera donc dominé par le parti du nouveau maire, Solidaridad nacional (22), suivi par l’APRA (8), Diálogo vecinal (5), Perú patria segura (2), PPC (1) et le parti fujimorista Fuerza popular (1). Susana Villarán, qui a été la première maire de la capitale à restructurer le système du transport et le trafic chaotique de la ville, dominé par les mafias locales, a annoncé qu’elle restera pour faire de la « bonne politique » pour la ville et pour le pays. Les fonctionnaires élus de sa mouvance, Diálogo vecinal, ont informé de leur décision de surveiller de près la continuité des réformes entamées dans la période qui se termine, louant le travail déployé par Susana Villarán. Dans les régions, à l’exception de Loreto, Cajamarca et Ucayali, aucune majorité suffisante ne s’est dégagée le 5 octobre pour élire un nouveau président et on devra procéder à un second tour, prévu en novembre.
voir http://www.larepublica.pe/infografia/elecciones2014/#mapa.

Les priorités du gouvernement à deux ans de la fin du mandat d’Humala

Le gouvernement qui se trouve au milieu du mandat a été encore une fois remanié dans un contexte général marqué par la crise économique et par la baisse notable de la popularité du président Humala. Dans un entretien accordé le 2 juin, le président a reconnu que le pays ressentait les effets de la crise internationale tout en assurant qu’il était préparé à l’affronter grâce à la politique d’investissements privés. En fait, la croissance du pays a subi de plein fouet les effets de la crise, et elle passée de 2,9% pendant les sept premiers mois de l’année à 0,3% en juin ; la reprise s’est néanmoins amorcée en juillet, qui a affiché 1,16% de croissance. Nous sommes cependant très loin des estimations trop optimistes du début de l’année, qui prévoyaient un rythme soutenu de 4 à 5%. Le 12 juin, le président annonçait que le conseil de ministres avait adopté des mesures pour modifier le système tributaire, favoriser l’investissement privé dans les secteurs clés de l’économie (mines et pétrole notamment), et permettre la réduction des coûts des petites, moyennes et grandes entreprises. Autant de mesures destinées, d’après le président, à favoriser la modernisation véritable de l’industrie nationale qui reste peu centralisée, avec des travailleurs peu qualifiés et des petites unités de production http://www.larepublica.pe/12-06-2014/humala-anuncio-paquete-para-impulsar-economia, http://www.larepublica.pe/16-09-2014/pbi-crecio-116-en-julio-impulsado-por-mas-creditos-de-consumo.

De fait, selon une enquête récente de l’Institut national de statistique (INEI), 74% des emplois au pays restent informels, ce qui représente un obstacle de taille pour développer l’industrie nationale moderne que le gouvernement appelle de ses vœux. Selon l’INEI, l’emploi informel ne s’est réduit que de 4,5% entre 2007 et 2012. L’économie informelle produit des biens et des services à petite échelle mais elle n’est pas enregistrée dans les bureaux publics et ses travailleurs ne bénéficient d’aucune protection sociale. Elle présente une part très importante du secteur rural (53%), mais elle n’est pas négligeable dans le commerce (19%), la manufacture (10%), les transports et les communications (8%), et le secteur hôtelier (6%). En zone urbaine, l’indice des travaux informels reste très élevé (85%) http://www.larepublica.pe/05-06-2014/un-743-de-los-empleos-en-el-peru-son-informales. Beaucoup d’efforts restent donc à accomplir pour moderniser réellement l’économie, le travail et la productivité, qui ne se résument pas, comme le prétend le gouvernement, aux investissements du secteur privé dans l’exploitation des mines, du gaz et du pétrole. Enfin, un rapport récent du PNUD considère que les améliorations de la macro-économie ne concernent pas tous les Péruviens et que 40% peuvent retomber dans la pauvreté http://www.larepublica.pe/27-08-2014/un-40-de-peruanos-puede-regresar-a-la-pobreza.

Les problèmes relatifs à la sécurité civile et à la corruption qui continue à sévir dans tous les secteurs de la vie publique ont également été abordés par le président qui, le 2 juin, annonçait que la police disposait de 20,000 agents supplémentaires et qu’à la fin de l’année elle devrait en avoir 10 ,000 autres. D’autre part, il a exhorté la population à faire confiance à la police et à dénoncer les délits et surtout les cas de crime organisé, dont seulement 20-25% d’entre eux arrivent jusqu’aux forces de l’ordre.

Dans son message à la nation du 29 juillet, Ollanta Humala a repris ces thèmes et il a précisé qu’il y aurait des grands coups de filet contre le crime organisé qui sévit dans tout le pays. Mais avant tout, il réclame de grands efforts pour lutter contre la corruption au sein même des forces de police et de l’armée, cause principale de la méfiance des populations à leur encontre. http://www.larepublica.pe/29-07-2014/ollanta-humala-se-perfilo-hacia-sus-dos-ultimos-anos-de-gobierno.

Les priorités des deux prochaines années iront à la lutte contre l’insécurité, l’éducation et la santé. Actuellement 15% du budget de l’État est consacré à l’éducation (l’un des taux les plus bas de l’Amérique latine). En 2015, l’investissement public dans l’éducation augmentera de 4 mille millions de soles, soit 17% du budget ainsi que 3,5% du PBI du pays. Plus précisément, la formation des enseignants sera revalorisée, on investira dans l’infrastructure éducative, la gestion de l’éducation et la qualité de l’apprentissage. http://www.minedu.gob.pe/n/noticia.php ?id=28866 . L’inégalité d’accès à l’éducation reste très importante au pays, et les brèches sont énormes entre le secteur urbain et le secteur rural. Sur un total de 7% d’analphabètes, 19% vivent en zone rurale pour 3% en zone urbaine ; 4% sont des hommes et 10% de femmes. 40% de la population urbaine a reçu une éducation secondaire, mais seulement 28% en zone rurale. Enfin, il n’y a que 31% de jeunes qui ont reçu une formation supérieure (15% technique et 16% universitaire). De manière générale, l’éducation publique reste désastreuse et seules certaines écoles et universités privées proposent une formation digne de ce nom.

Une nouvelle loi université, qui modernise le système des autorités et la formation des étudiants, a été votée en juin. Elle a entraîné un rejet massif de la part de tous les acteurs en raison des nouvelles exigences imposées aussi bien aux autorités, aux professeurs qu’aux étudiants. La loi met en place un contrôle de la qualité des universités publiques et privées exercé par une nouvelle instance du ministère de l’Éducation (SUNEU), qui remplace l’ancienne Assemblée des recteurs (ANR). En second lieu, les étudiants sont tenus de présenter des mémoires de fin d’études pour obtenir le bachillerato et la licence, alors que les maîtrises et les doctorats réclament, en plus des mémoires, la maîtrise de deux langues vivantes. L’opposition à ces mesures qui tentent de moderniser le système universitaire existant, de qualité médiocre ou mauvaise sauf dans certaines universités privées, trahit une attitude réactionnaire et/ou conservatrice car opposée au progrès éducatif http://www.larepublica.pe/26-06-2014/ley-universitaria-pleno-del-congreso-aprueba-hoy-proyecto. Cela a été confirmé lorsque l’ancien président Alan García, qui affronte la justice pour divers scandales financiers, a déclaré que s’il revient à la présidence du pays, il « rétablira l’ancienne loi universitaire » car la loi qui vient d’être adoptée par Humala montre, d’après lui, « l’interventionnisme de l’État » dans les affaires universitaires http://www.larepublica.pe/28-06-2014/alan-garcia-sobre-ley-universitaria-el-chavismo-humalista-comete-un-crimen. Heureusement que García a peu de chances de revenir au pouvoir…

Cette position conservatrice est à son tour reliée à l’état lamentable de l’éducation péruvienne, qui persiste depuis des décennies ; le pays possède le triste record d’avoir été classé dernier dans le classement PISA (Programme d’évaluation internationale d’élèves) de 2013. Les épreuves adressées aux enfants de 15 ans dans 65 pays concernaient les mathématiques, la compréhension de la lecture et les sciences. Les enfants péruviens ont obtenu 368, 384 et 373 points respectivement, ce qui les a relégués en soixante-cinquième position. Cette évaluation mondiale s’effectue chaque année, la prochaine sera réalisée en 2015. http://www.americatv.com.pe/cuarto-poder/reportajes/lecciones-prueba-pisa-peru-ultimo-comprension-lectora-matematicas-y-ciencias-noticia-2800.

Pour ce qui est de la santé, Humala a affirmé dans son message à la nation qu’il effectue les réformes les plus importantes de la dernière décennie, et que les programmes de protection sociale seront améliorés encore par la création d’autres services destinés aux nourrissons (un kit offert à la naissance), mais aussi à la détection des cancers, à l’envoi de spécialistes et à la distribution des médicaments dans les régions les plus déshéritées. Les investissements en infrastructure seront également augmentés jusqu’à la fin de sa gestion.

Un thème très important qui n’a pas été touché dans les discours présidentiels concerne la question de la décentralisation des régions et la création de macro-régions proposée dans une loi restée lettre morte en 2002. Depuis l’installation de l’actuel gouvernement, la décentralisation a été oubliée, alors qu’il s’agissait de créer des espaces régionaux plus grands (réunissant de manière transversale les trois régions de la côte, la sierra et l’Amazonie), afin de mieux relier le territoire, favoriser une économie à grande échelle et réduire la dépense publique. Cependant, l’ancien président Toledo, qui proposa cette réforme territoriale, commit l’erreur de convoquer les élections régionales alors que les régions n’existaient pas encore. Une loi de « mancomunidades municipales » fut votée en 2011, mais le règlement de la loi fut freiné par le Congrès. Le ministère de l’économie ne créa pas non plus d’unité d’exécution macro-régionale. Malgré tout, est née en 2011 une Mancomunidad de Los Andes réunissant Ayacucho, Huancavelica, Apurímac, puis Ica et Junín. Cette instance ne dispose cependant pas des moyens de se développer car, en fin de comptes, le gouvernement favorise la tendance à la re-centralisation http://www.larepublica.pe/18-06-2014/mancomunidades-tabla-de-salvacion-para-reimpulsar-la-regionalizacion.

Sur le plan de la politique extérieure, deux événements méritent d’être mentionnés. D’abord la rencontre du président Humala avec le président François Hollande, à Paris, le 1er juin, au cours de laquelle il a été décidé d’élargir les relations bilatérales à travers la coopération en matière de santé, de défense et d’éducation. L’accord entre le Pérou et l’Union européenne sera ratifié avant la fin de cette année, notamment autour de la question de la réduction des gaz à effet de serre. Humala a également assisté au VIe Forum économique international d’Amérique latine et le Caraïbe, organisé par l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), et il a eu une réunion avec les membres du MEDEF.

Photo 1 : Rencontre entre Humala et Hollande, Archives de La República


En second lieu, Humala a rencontré le président de la Colombie, Eduardo Santos, dans la ville d’Iquitos. Ils se sont mis d’accord pour lutter contre le crime organisé autour du trafic de drogue sur la zone frontalière entre les deux pays, et récupérer le bassin du fleuve Putumayo http://www.larepublica.pe/01-10-2014/humala-y-santos-se-comprometen-a-recuperar-el-putumayo

Changement de gouvernement et divisions au sein du parti nationaliste

L’ex-premier ministre, René Cornejo, en poste depuis le 24 février, a présenté sa démission le 22 juillet, à la demande du président Humala. Cornejo n’avait jamais pu s’imposer à la tête du gouvernement ; il n’avait pas reçu le vote de confiance du parlement car on l’accusait de suivre les ordres de la première dame, Nadine Heredia. Et peu de temps après, le congressiste Victor García Belaunde révéla que l’entreprise dont Cornejo faisait partie (Corporación Helios) avait passé des contrats avec l’État entre 2011 et 2013 pour un million de dollars. Une commission fut nommée pour éclaircir cette grave accusation de collusion, mais elle n’a pas rendu son rapport. Le groupe parlementaire d’opposition d’Acción popular (droite traditionnelle) et Frente amplio (diverses gauches) présenta alors une dénonciation constitutionnelle à son encontre pour association illicite et trafic d’influences. Finalement, Cornejo fut accusé par des journalistes de fomenter un complot contre García Belaunde dans le but d’obtenir 9 voix en faveur de la candidate du gouvernement à la présidence du congrès, Ana María Solórzano. Ce fut la goutte de trop.

Depuis plusieurs mois les problèmes de division interne au sein du parti nationaliste au pouvoir ont empiré du fait du rôle ambigu de Nadine Heredia, la première dame. Elle avait été élue à la tête du parti tout en continuant à jouer le rôle de conseillère de l’ombre de son époux à partir de son bureau (non déclaré comme tel, mais agissant bel et bien dans l’administration du pays). Au fil des mois, le pouvoir personnel de Heredia au sein du gouvernement a grandi et on la soupçonne d’avoir imposé la nouvelle Première ministre, son amie et alliée Ana Jara, ainsi que d’avoir poussé la candidature de son autre amie et alliée Ana María Solórzano à la présidence du congrès. Jara avait occupé les postes de ministre de la Femme (décembre 2011), et de ministre du Travail (février 2014) ; elle a une formation d’avocate dans l’université d’Ica et appartient à la très influente église évangéliste. Le 20 août, elle a présenté son programme au sein du congrès, mais elle a eu à affronter de fortes critiques de la part des groupes d’opposition et a éprouvé toutes les peines du monde à obtenir le vote de confiance de celui-ci http://www.larepublica.pe/21-08-2014/ana-jara-lanzo-su-programa-y-oposicion-pidio-cambios-al-gobierno.

Photo 2 : Nouveau gouvernement, Premier ministre Jara, Archivos de La República


L’installation du sixième Premier ministre en deux ans et demi de gouvernement montre à l’évidence la faiblesse de cette administration et l’excessif pouvoir du couple présidentiel dans ces nominations pour lesquelles la « loyauté » des candidats au couple présidentiel semble être le principal critère de sélection. Cette faiblesse est aussi visible dans le parti nationaliste, dont six membres et congressistes ont créé une nouvelle « bancada » (faction au parlement), nommée Dignidad y democracia le 25 juillet. Ils expliquent leur décision par le manque de lien entre les promesses de campagne de la Grande Transformation, et les politiques adoptées par le président et ses alliés depuis 2011. Il s’agit de la seconde vague de dissidence, la première ayant eu lieu en 2012, lorsque quatre congressistes s’étaient éloignés du parti nationaliste. Il y a donc actuellement neuf groupes au sein du congrès, ce qui l’affaiblit considérablement et rendra difficiles les décisions politiques http://www.larepublica.pe/25-07-2014/nacionalistas-disidentes-confirman-su-alejamiento-y-forman-una-nueva-bancada.

Infographie des groupes du Congrès péruvien, Archivos de La República


Le vote pour la présidence du congrès a été particulièrement difficile pour le parti au pouvoir, et finalement sa candidate, Solórzano, ne l’a emporté que de justesse, avec 59 voix contre 57 des opposants http://www.larepublica.pe/24-07-2014/oficialismo-y-oposicion-luchan-por-respaldo-para-presidir-congreso.

Photo 4 : Solórzano, nouvelle présidente du congrès, Archivos de La República


L’opposition a réussi à s’affirmer au sein du parlement et elle a fait preuve de ses capacités de nuisance face à un nouveau gouvernement qui peine à s’affirmer, alors que la popularité du président Humala est descendue à 20% ces derniers mois. C’est ainsi que, le 21 août, le congrès refusa le vote de confiance à la Première ministre (avec 50 voix pour, 69 abstentions et une voix contre). L’opposition exigeait la démission du ministre de l’Énergie et des mines, Eleodoro Mayorga, qui affronte de graves accusations sur sa participation dans des lobbies illégaux. Elle exigeait également une solution à la longue grève des médecins, proche de cent jours, ainsi que la démission du ministre de l’Économie, soupçonné de favoriser des intérêts particuliers. Les fujimoristes exigeaient pour leur part que le gouvernement ne soutienne pas la candidature de Diego García Sayán, actuel président de la Cour interaméricaine des droits humains de l’OEA, au secrétariat général de l’OEA. Mais, de manière surprenante, l’opposition n’a pas exigé la démission du ministre de l’Intérieur, Daniel Urresti, qui affronte des graves accusations de violation de droits humains http://www.larepublica.pe/22-08-2014/premier-en-su-hora-mas-dificil-mientras-oposicion-evalua-su-decision.

Finalement, le 26 août, le décompte d’un nouveau vote du parlement eut pour résultat : 54 voix à la Première ministre Jara, 54 voix contre, et 9 abstentions ; l’impasse qui s’ensuivait fut résolue par la présidente du parlement, Ana María Solórzano, qui attribua son vote à Ana Jara http://www.larepublica.pe/26-08-2014/congreso-vota-cuestion-de-confianza-para-gabinete-jara-por-tercera-vez# !foto1.

Le 15 septembre, le ministre de l’Économie Luis Castilla a démissionné « pour des raisons personnelles », et il a été remplacé par son proche collaborateur et chef de cabinet, Alonso Segura. Ce changement n’est pas étranger à la demande du départ de Castilla de la part des groupes d’opposition, et en même temps, il permet de comprendre que le gouvernement compte bien poursuivre la politique libérale adoptée quelques mois après la prise du pouvoir par le président Humala http://www.larepublica.pe/15-09-2014/segura-toma-cartera-marcada-por-afp-y-desaceleracion.

Photo 5 : Nouveau ministre de l’économie, Archivos de La República


En outre, le ministre de l’Intérieur, Daniel Urresti, est resté au gouvernement alors qu’il est accusé d’avoir participé à l’assassinat du journaliste Bustios lorsqu’il était dans l’armée dans une zone en état d’urgence, ce qu’il nie en bloc alors que quatre témoignages ont été présentés à son encontre http://www.larepublica.pe/03-07-2014/ministro-urresti-dice-que-es-inocente-pero-cuatro-testimonios-lo-acusan, http://www.larepublica.pe/13-07-2014/no-estuve-presente-en-la-muerte-del-periodista-dice-acusador-de-urresti.
Photo 6 : Ministre de l’intérieur Daniel Urresti, Archivos de La República


Un nouveau parti dirigé par Alberto Fujimori : Avanza, frente libertad

Dans un contexte général marqué par la disparition progressive des partis politiques, et par l’essor des groupes de pouvoir et autres lobbies proches des milieux d’affaires, la faction qui soutient l’ancien dictateur Alberto Fujimori, dite « albertista », a tenu une réunion fondatrice en juillet, toujours avec le soutien indéfectible de l’homme d’affaires German Kruger Espantoso. Le but était de lancer la candidature présidentielle d’Alberto Fujimori et de faire la présentation de son avocat William Castillo comme tête de liste au congrès. Kruger demanda de soutenir la création du nouveau parti, y compris les membres de Fuerza popular, le parti officiel dirigé par Keiko Fujimori, fille du dictateur. L’avocat déclara pour sa part que durant le gouvernement de Fujimori il n’y eut ni crimes ni massacres, le négationnisme reste donc de mise dans cette mouvance qui prétend faire revenir Fujimori au pouvoir http://www.larepublica.pe/21-07-2014/los-fujimoristas-pugnan-por-reinventarse-con-un-nuevo-partido-para-el-2016.

De son côté, Mario Vargas Llosa a tenu à réitérer récemment sa mise en garde contre les risques que présenterait la candidature de Keiko Fujimori aux élections présidentielles de 2016, déclarant qu’il compte assumer la direction d’une campagne à son encontre et pour la défense de la démocratie au Pérou. Il considère en effet que la première mesure qu’elle prendra serait de faire libérer son père http://www.larepublica.pe/25-09-2014/vargas-llosa-reitera-riesgos-de-candidatura-fujimorista.

Photo 7 : Mario Vargas Llosa se prononce contre Keiko Fujimori. Archives de La República


Violences lors des élections municipales et régionales du 5 octobre 2014

Les élections municipales et régionales ont soulevé une vague de violence et de corruption impressionnantes dans le pays. Huit présidents des régions affrontent le pouvoir judiciaire, mais tentent, malgré cela, leur réélection. Plusieurs candidats aux postes municipales affrontent, eux aussi, des dénonciations de vol et de violations sexuelles http://www.larepublica.pe/09-07-2014/poder-judicial-investiga-por-corrupcion-a-ocho-presidentes-regionales, http://www.larepublica.pe/18-08-2014/violadores-y-ladrones-tambien-postulan-en-estas-elecciones Comme on le notait dans l’introduction de cette chronique, trois candidats aux élections municipales à Huánuco, à Tumbes et à Junín ont été assassinés durant le mois d’août et certains candidats ont reçu des menaces de mort pour qu’ils abandonnent leurs candidatures. Les forces de l’ordre considèrent que les commanditaires des menaces et des crimes commis sont liés aux bandes mafieuses qui tentent de maintenir leur pression sur les autorités locales afin de poursuivre leurs activités aux marges de la loi. Les auteurs des crimes sont, quant à eux, des délinquants qui agissent sur « contrats », des tueurs à gages dits sicarios http://www.larepublica.pe/16-08-2014/sicarios-matan-a-candidato-y-alcalde-distrital-en-huanuco, http://www.larepublica.pe/17-08-2014/en-huanuco-demandan-investigar-asesinato-por-encargo-de-cuatro-alcaldes.

Cependant, un cas évident de crime politique a eu lieu dans le district de San Martín de Pangoa (Satipo, Junín), où le candidat très populaire — surtout chez les Ashaninka et Nomatsiguenga, majoritaires dans la zone—, a été tué par balle le 27 août http://www.larepublica.pe/28-09-2014/asesinan-a-candidato-favorito-para-ganar-una-alcaldia-en-junin.

Photo 8 : Candidat Villazana, San Martín de Pangoa, Archivos de La República


Eduardo Vega, Defensor del pueblo, a exprimé sa préoccupation devant le climat de violence qui règne dans certaines régions et il a lancé un appel au calme et au respect des résultats des élections du 5 octobre http://www.larepublica.pe/politica/editorial-02-10-2014. Les agressions contre les candidats aux élections se sont poursuivies jusqu’à la veille des élections dans les districts de Curgos (La Libertad), de Ferreñafe (Chiclayo) et de Celendín (Cajamarca). Depuis le début du mois de septembre, on compte 17 tentatives d’assassinat dans 13 régions du pays selon un rapport de la Defensoría del pueblo [ http://www.larepublica.pe/05-10-2014/atentados-contra-candidatos-no-cesaron-ni-en-vispera-de-las-elecciones.

Le jour même des élections, trois personnes ont perdu la vie et une quarantaine ont été blessées lors d’assauts contre des commissariats et des centres de vote où les foules voulaient brûler les bulletins, pour protester contre les résultats annoncés. Selon le ministre de l’Intérieur, on a relevé 34 incidents violents dans le pays. Dans deux districts de Huancavelica et d’Ica, les foules ont détruit 80% des bulletins. Mais le pire est arrivé dans le district de Mazán (Loreto), où Samuel Macedo (43 ans) a perdu la vie au cours d’un affrontement sur le lieu de vote. Dans le district de San Jacinto (Tumbes), Carmen Soria (30 ans) a reçu une balle perdue lors d’un affrontement entre la foule et la police. Dans le district de Yamango (Morropón, Piura), l’étudiant Kevin López (17 ans) a reçu, lui aussi, une balle perdue au cours d’un affrontement entre une foule qui tentait de brûler les urnes et la police. D’autres incidents mineurs ont eu lieu dans les provinces de Yauyos, de Cañete et de Huarochirí (Lima), et dans les districts de Pucusana, Punta Hermosa et San Martín de Porres. Enfin, des bulletins de vote ont été brûlés dans les districts de Socos (Ayacucho) et d’Utcubamba (Amazonas) http://www.larepublica.pe/07-10-2014/3-muertos-y-decenas-de-heridos-dejan-actos-vandalicos-en-proceso-electoral.

Criminalité et Justice

La situation d’insécurité civile reste marquée par l’augmentation du taux de criminalité dans tout le pays, mais tout particulièrement dans les secteurs de construction civile et dans les régions d’exploitation de matières premières (gaz, pétrole, or, bois). En juillet, on estimait qu’il existait environ soixante syndicats du crime organisé qui menacent et exigent des payements illégaux (cupos) aux entreprises de construction civile à Lima http://www.larepublica.pe/17-07-2014/hay-unos-60-sindicatos-que-extorsionan-en-obras-de-construccion-civil-en-lima. Ces groupes exigent des paiements pouvant aller jusqu’à 170,000 dollars pour apporter leur « protection » aux chantiers de la capitale, devenus très nombreux grâce à la croissance des années précédentes. La police déclare avoir démantelé 121 bandes au cours des quatre dernières années http://www.larepublica.pe/18-07-2014/sindicatos-cobran-hasta-us-170-mil-por-dar-seguridad-a-obras-de-construccion. Chaque groupe mafieux marque son territoire en affichant les noms des victimes et, dans certains cas, ils s’assurent de la protection de policiers corrompus qui reçoivent, eux aussi, un paiement pour leur collaboration.

Parmi les derniers cas de corruption à grande échelle, on doit mentionner le triste cas de l’ancien colonel Benedicto Jiménez, l’un des chefs du groupe spécial de la police (GEIN) qui a capturé Abimael Guzmán le 12 septembre 1992. Jiménez, jadis considéré comme un héros national, a été accusé de travailler dans l’organisation mafieuse dirigée par Rodolfo Orellana et sa sœur Ludith, qui contrôlait un vaste réseau de blanchiment d’un argent issu du trafic de drogue qui était investi dans des transactions immobilières. Ils disposaient de comptes dans le pays, à Panama et en Colombie. Le ministère public accuse Jiménez d’avoir dirigé le réseau d’espionnage et d’intimidation des autorités et des journalistes enquêtant sur le cas Orellana. Jiménez était aussi partenaire ou représentant de certaines entreprises des Orellana dans le pays. Il rejette les accusations en bloc, mais les preuves contre lui sont accablantes.

Photo 9 : Benedicto Jimenez [en rouge], héros déchu devenu criminel, Archives de La República


Au début juillet, le juge Marco Tejada a ordonné la levée du secret bancaire de 35 comptes nationaux et internationaux des frères Orellana et la mise sous contrôle judiciaire de leurs sept entreprises. Les deux malfaiteurs ont un mandat d’arrêt contre eux mais ils restent introuvables http://www.larepublica.pe/03-07-2014/bloquean-35-cuentas-bancarias-de-la-organizacion-orellana, http://www.larepublica.pe/20-07-2014/para-fiscal-evidencias-de-nexos-entre-jimenez-y-orellana-son-firmes.

Le procureur estimait le 13 septembre que le réseau d’Orellana avait lavé environ 100 millions de dollars dans des trafics de terrains et autres activités illégales (proxénétisme, traite de personnes et trafic de drogue). Le 16 septembre, la police découvrit deux agendas que les frères Orellana et Benedicto Jiménez dissimulaient dans un local de San Borja (Lima). On y trouva les noms et les fonctions de près de 200 policiers qui travaillaient pour les Orellana, et qui appartenaient à divers services de police directement liés à la lutte contre les activités mafieuses. Citons ici : Dirección antidrogas, Dirección de investigación criminal, Dirección contra la corrupción, Dirección contra el terrorismo, Dirección de migraciones, Dirección de seguridad de penales, Interpol, División de lavado de activos, División de requisitorias, División de la policía judicial, División de estafas, División de la trata de personas, Oficina de inteligencia de VIIe région policial de Lima. Les policiers incriminés doivent faire ’objet d’une enquête interne et être renvoyés sur le champ en cas de confirmation de leur participation dans les réseaux d’Orellana.

Notons enfin que les organisations criminelles mexicaines qui contrôlaient l’exportation de la drogue dans la région du VRAEM ont été exclues par un cartel brésilien dès le début du mois de septembre alors qu’on apprenait le 27 septembre que les cultures de coca avaient augmenté de 818% dans la région du trapèze amazonien http://www.larepublica.pe/04-09-2014/cartel-brasileno-despoja-a-mexicanos-del-control-de-la-droga-que-sale-del-vraem, http://www.larepublica.pe/27-09-2014/cultivos-de-hoja-de-coca-aumentaron-hasta-en-818-en-trapecio-amazonico.

La situation des droits humains

Au début du mois de juillet, le gouvernement a approuvé le Plan national des droits humains lors du conseil de ministres décentralisé réalisé dans la ville de Cusco. Il s’agit de renforcer le volet des droits humains dans les politiques publiques, de développer un programme d’éducation et de formation dans la matière, de prêter une attention spéciale aux mécanismes d’accès à la justice et de lutter contre la malnutrition infantile. D’autres mesures favorisent la population afro-péruvienne, soutiennent la lutte contre la violence faite aux femmes, devenue un fléau national, et visent à prévenir les conflits sociaux. Le ministre de Justice, Daniel Figallo, a déclaré que le plan donne priorité à la santé des femmes et des enfants, aux populations indigènes et aux malades de SIDA. Les dénonciations contre la discrimination seront réunies dans un seul registre et les personnes concernées recevront une défense légale publique http://www.larepublica.pe/07-07-2014/gobierno-aprueba-plan-nacional-de-derechos-humanos-2014-2016.

Photo 10 : Conseil de ministres à Cusco, Archives de La República


Si ce plan des droits humains tient compte de quelques domaines importants, il reste complètement silencieux sur des thèmes urgents dans la conjoncture actuelle et qui sont attente depuis une dizaine d’années. Il s’agit en premier lieu du Registre unique des victimes de la guerre interne, qui a été déclaré clos, mais aussi du Plan national des réparations qui est bloqué par manque de crédits, et enfin du manque de législation sérieuse sur la Loi de consultation préalable, restée lettre morte depuis deux ans http://www.larepublica.pe/09-08-2014/demandan-al-estado-por-cierre-de-registro-unico-de-victimas. De son côté, le Defensor del Pueblo, César Vega, a souligné le manque de mesures précises relatives aux victimes de la violence terroriste, mais aussi aux employées des maisons et aux personnes migrantes et sans ressources http://www.larepublica.pe/13-07-2014/reclaman-por-plan-nacional-de-derechos-humanos. Des associations de victimes de la violence ont critiqué fortement le plan national des droits humains, et le gouvernement a fini par annoncer, le 1er septembre, qu’il accorderait 59 millions de soles aux familles des victimes de la violence http://www.larepublica.pe/18-07-2014/victimas-de-la-violencia-critican-plan-nacional-de-ddhh, http://www.larepublica.pe/01-09-2014/estado-destinara-59-millones-a-victimas-de-la-violencia-politica.

Deux lieux de mémoire bien différents : Huancayo et Lima

Le Lugar de la memoria de la región de Junín [Yalpana Wasi], a été inauguré au cours de la première semaine du mois de mai dans la ville de Huancayo, la capitale régionale. L’édifice de cinq étages est un ouvrage dû au président régional, Vladimir Cerrón, dont le père fut victime de la violence dans l’université de Huancayo, où il fut assassiné par le commando Rodrigo Franco. Le bâtiment de ce premier lieu de mémoire du pays, que j’ai visité en mai 2014, prête une attention particulière à la guerre interne dans le contexte géographique et culturel de Junín. L’équipe chargée de la mise en place de la partie muséographique propose un parcours très intéressant qui met en valeur les richesses culturelles régionales et qui synthétise le processus de violence déployé pendant plusieurs années. Des photographies de personnes et de lieux s’accompagnent de la présentation des entretiens des victimes ou de proches de celles-ci. Une section spéciale a été consacrée aux Ashaninka et aux Nomatsiguenga, qui ont souffert énormément de la folie terroriste de Sentier Lumineux dans ses camps de mort. [Voir mon texte : http://idehpucp.pucp.edu.pe/comunicaciones/notas-informativas/se-inaugura-el-lugar-de-la-memoria-en-junin.

Photo 11 : Le lieu de mémoire de la région de Junín, Huancayo, M. Villasante, mai 2014


Le Lugar de memoria de Lima était en construction depuis plusieurs années, grâce au concours financier de la coopération allemande et de l’Union européenne. L’édifice situé en face de la mer, assez mal conçu et mal placé, n’était pas encore achevé en juin ; cela n’a pas empêché les responsables du lieu — notamment Diego García Sayán (troisième président du « LUM », après Salomón Lerner et Mario Vargas Llosa) et Denise Ledgard (directrice exécutive) —, d’annoncer l’inauguration de la salle de conférences le 4 juin, le même jour qu’à Huancayo. Il s’agissait, de toute évidence, de ne pas permettre qu’un Lieu de mémoire de province efface le « lustre » qui devait marquer l’inauguration du Lieu de Lima. http://www.larepublica.pe/04-06-2014/hoy-se-inauguran-las-areas-culturales-del-lugar-de-la-memoria-tolerancia-e-inclusion.

Il n’en reste pas moins que le Lieu de mémoire de Junín, qui n’a pas eu à affronter les mêmes luttes de pouvoir qu’à Lima, est bien plus représentatif de ce que les Péruviens de la région et du pays entier attendent d’un lieu où se souvenir de la période de violence. Cela d’autant plus que le sens accordé au Lugar de memoria de Lima a complètement changé puisque l’intention initiale de présenter la collection de photographies de la guerre interne exposée au Musée de la nation, et de reprendre les recommandations du Rapport final de la Commission de la vérité et la réconciliation, a disparu ou a été dénaturée. On met désormais en avant le seul aspect « d’espace culturel » dans lequel la période de violence est conçue comme faisant partie « du passé » qu’on ne veut ni voir ni affronter.

Denise Ledgard déclarait ainsi à la télévision, après l’inauguration, « qu’il ne fallait pas s’attarder sur le passé mais regarder vers le futur » et « qu’il n’y avait pas une vérité politique mais plusieurs vérités », remettant ainsi en question les acquis du Rapport final de la Commission de la vérité et la réconciliation. Cette situation lamentable conduit à se poser des questions sur le désordre conceptuel et matériel qui règne sur la mise en place du Lieu de mémoire de Lima, dont on ne sait même pas s’il dépendra toujours du ministère des Affaires étrangères, ou s’il passera sous le contrôle du ministère de la Culture. On ignore également s’il s’agit d’une affaire d’incompétence et de mauvais choix dans la nomination des responsables, ou si ce sont des raisons de politique politicienne qui expliquent le chaos actuel.

Des violences militaires contre des paysans à Huancavelica

Le 17 juillet, le Bureau du procureur de Huancayo a ouvert une enquête sur la bavure militaire du 23 mai contre une famille paysanne du village d’Uchuy Sihuis (Tintay Puncu, Huancavelica). Ce jour là, une colonne formée par l’armée, la force aérienne et la police nationale est entrée dans le village pour réaliser une « patrouille de contrôle territorial ». Selon les villageois, les militaires ouvrirent le feu dans la maison d’Abelardo Chávez, et en firent de même dans huit autres maisons ; à la fin de cette intervention sauvage, Olinda García, qui était enceinte, fut tuée, une autre femme gravement blessée et plusieurs hommes reçurent des coups. La version officielle affirme que les soldats sont entrés dans trois maisons du village où ils ont trouvé des grenades, des cartouches, des DVD et du matériel subversif. Trois « délinquants terroristes » auraient attaqué la colonne militaire, raison pour laquelle les soldats auraient dû ouvrir le feu http://www.larepublica.pe/05-06-2014/pobladores-de-uchuy-sihuis-piden-justicia-por-la-violencia-desatada.

Photo 12 : Funérailles de Olinda García, Uchuy Sihuis, Archives de La República


Abelardo Chávez, l’un des sept paysans qui ont porté plainte contre les militaires de la base anti-subversive de Huachocolpa, qui dépend de Huancayo, a déclaré en juillet que les militaires l’avaient enduit d’huile et menacé de le brûler s’il ne déclarait pas où se trouvait son « ordinateur portable ». Cinq autres paysans ont déclaré avoir été victimes de tortures ; ils furent attachés avec des fils de fer aux pieds et aux mains, « comme des animaux », et on leur fit manger de la boue, tandis qu’on les frappaient à coup de pied et de fusils. Des méthodes identiques à celles employées durant la guerre civile. Les militaires les accusaient d’être des « senderistes » de la bande des frères Quispe Palomino. Le ministre de Défense, Pedro Cateriann donne priorité à la santé dchef du187;,e la nation, et-informativas/se-inaugura-el-lugar-de-la-memoria-eions da.pe des pantrôlait un vaste réseeer ont Llaia nation, et-i chef s deudu gouvillaient p le fpip">Oe pays.u187;,e la es group mai dSegura

M. Vica). Ce ayae le débutlusis de seere de Défande des frèrnes r-mactimroass="spip">sicariosrole, oraire, existtrepriseset quepuit as, ilss et, dans p lesiations contrb de dansrong c7;affaird201sps re décqué la oms pip"Defensor del pueblo, a wassC Uca nation, etits humains de lt map_duommandSaweia (directrice exécutivieu disco.Pils d’un,ravemeu’. LeApiutxaorce aérmap_duomma la zone&iu Blors ,es de la comptes eonsidère en effetfficis et, dans psive de Huasps re décqué la fense l pubns la vxistt4/victimas-de-la-violencia-critican-0ganar-una-s. En-a-sps rmactimroaion

. Les agressions contre les caecho9ca.pespip_documents spip_documents_center' >

Photo 12 : Funérailles de Olinda García, Uchuy3Sihuis, a wassC Uca,bl7;ineé lma la zone&p">Rodrigi>


Si ce plan des droits humains tient compte dLs psirp//www.larepubl7;ineé la le débutre et dusolórzano,our réer sepr dirigé le résea 1992. u coaté. Les forces debrûler ébutlusis de t ent, a.pe/0a etpéepublits,puité p le fde la Com8217e civfirêter u/p> a>. t, v17;il surodrdéso4/estado-destinael rmetylogresseru/uRayae /a la zonescisionín,oaia la zonesc.

dun-nuerso- au Pér dun-uRayae -nopan cl1758664?tadoSayá_seru&ft=mod/politica/editorial-02-10-el rmetylogresseru/uRayae /a la zonescisionín,oaia la zonesc.

dun-nuerso- au Pér dun-uRayae -nopan cl1758664Sihuis?tadoSayá_seru&ft=modspip]aller i agissod des p>

dun-.
il-e agia-no>il-">< suune/15-09-2014/segura-toma-cartera-marcada-por-afp-y-desacefiudpip">
dun-.
il-e agia-no>il-">< suune le 13 septembre que le rédro Cateriu Ttenaie, Fredy O.O nie empltp:/ogrape d̵Blors s, postillaDeoima,ce le «ommes leactisiations kaka libommosubvFujimori nce fer aux pcompétence et dong> dans ses camps de Wa lingtofonclív TxDíaz autre femme gr7;agit en prIl s été asr, Direcc, des/jpg/6riosrole, orairereprises a vxist,me d’affairfensesde et de sur le cas Oreux marge part;étudianntation giryce La#187; quiPala CAbde act> M. Vica). Ce ayae ne p-i chef çuo Francole manque de mesure a exprimé sa9 mils que les frènbsprsgroup msmenacaffair le feêtre renvte photodilssiles bull en rié poffetfficit map_duomses aux fami militla période ;agit 258-2014/demandan-al-estado-por-cierre-de-1n-hasta-enoefenli-prealisvp /wnucumenil-emactimroai. tgese.pe/1hEn-apas ziolencsti
/09-08-2014/demandan-al-estado-por-cierre-de-ionaasta-enoefenli-prealisvp /wnucumenil-emactimroai. tgese.pe/1hEn-apas ziolencstite pas moins que le Lieu des contre des paysans àa et e sur sia>e s la nomincer,e. L&# la zoneille Bureau du procureur de Huancs 4ènbs12s’stilla

t et repubm8-201e dRlss8217gnef="hteaction qui souhés avec fer auxe ans ing>. Cetda et sica//www.lé maiset rfair le fess nie prograru consnt esolórzano71; s Quispe p">Senti Dn eff7;édir d’incompétence et de mauvaination des rpuvilubli sus (La Lillaientnu viliticits violentse lR. u cansrongss nie p/04-09-20la drogusest pètelica.pegisiveiles Odocuments spip_documents_center' >

Photo 12 : Funérailles de Olinda García, Uchuy4Sihuis, aol


Abelardo Chávez, l’un des sept paysansPe termexicaines q le «turé Abnntation la zone&sim vapld régionadularepubllencixalades de roguses pas empRx doi rnées ref="h;s Quispe p">Senl brésilien dès -i chefécup tra Franclecommanditaires des menacient0 que les f Panamavemeu&#tOn icasginu vie à la cr map_duommandPalico Ocopa (D7;étudiant Río Tamb212; surtout deses DVD chef çusolórzafficition quirogu"spile dssionannéidats a82lssr̵démantelasariap">Pedro Cateradjoiains de ln donne priorité à la santé dcIvánmé sa préoccupatses de procstronotuelle re et dass="spt des rénformativas/sstilla

vez, l’un llage1 que les f]ser des eica.deux ansdroiss="spies à idats a8ae cas deiatifHuancayrfenses asiirogu"ué en fdatos et ,gion du VRAspe ocents Rx doiivités illéf="httr map_ étaière mesutrong cliset av trpolice pays. Il rele cas Oreaun’enées. I u cansrooldons que le Lieu des contre des paysans Na polrogrChávosrCabitns les dhuagui;délinqicacnufaiteursvezHoyncaire de 35s moins que le Lieu de etunici05;délci09,s DVD chefécup tr01109ris étaivelopper un pdogrfoe le p map_s bmal pettente dep nie e sepvezHoyncaic asoulns de lsro Caterend dnne du vilvosrCabitns (Hustronaic href="ht,s, pour hés avec avemeu&#tOrect &smmlusicés.arftain) et eer un pdogrfoficiticig' wit &sopulathâseptun pdogrfoe le p map_s p"Defensor del pueblo, Ivspip">Dentres maisonsol
Senlarepublica.pe/mesures à-06-201ffrontent,tion qui souhés avecole d7e civfié/seorhab osectu de la bavu30 ans) a reçu une balle perLuz Ibañautres maisonéographiqcitrodrient àvosrCabitns ln’a guerréalisé es17e civfirêter s Vega, a souligné comptes ans on spar annoncer, le 1VSan r Cubón d;ordinaivas/sstilla a>ulaéR danlim or, boste sur lannéeas moins que le Lieu deL2. u se so étDefensor del pueblo, s="ssoe/merballe perdueacaffait"pip">O vaiter une s trois group mai crimes ni mass la guerre on danjice sitoi roguset;éernieéâce au paysan. L&# dRlscritiqué fortemouhés avec fer auxelsesde et desp atteeur «&nbde procsnde des frèrigetimes dnbsp;slín87;, remettaalomino. Le m. Seldat d&#e la Cpip">Optes dt4/victimas-de-la-violencia-critican-0ganar-unabus://w7e civfirêr-a-50-gion pol-oxcerEdpip"><-un-cabitns/09-08-2014/demandan-al-estado-por-cierre-de-i0ganar-unabus://w7e civfirêr-a-50-gion pol-oxcerEdpip"><-un-cabitns09-204/reclaman-por-plan-nacional-de-derechonar-unahuis iaolenciatolencisaauticoral

Photo 12 : Funérailles de Olinda García, Uchuy5Sihuis, Rs étaivelopper et dusopuvosrCabitns l


Abelardo Chávez, l’un des sept paysans , dont-que les frèriolents/ie musssdeatno ica.pe/ent s’ie réseau oxceréne1 derp//wwrrtures&nlusis de lse>

sroelae à L [Pour rée Huancayo, a d]9 mil4enduit d&1984="http://www.lares dhuagui; Cels="ic href="ht fer auxls psirp//www.9es de tohés avec dusabe ac7;incultures tpayde perso7;a pas empébutre et dus01f échelle,is étamme grds et a eun f trp">Le 1tronaicstrorolO partie 1 381légale pub,/ fam cltotae217;Orpopu5 rot,s èlass="a repu, SayánLe LO1;&nne]13 septembre que le ré12 aoûtl des4 incidents vaoParmiw.larepublicauachocolpa, quccusaient d’être destillaParorou7;autapr. [Vnbsp87; aux pliqcffcas dgrflonclusoàcotent,ta

Pele manque de mesures Defensor del pueblo, a exprimé salle perduee#1ncolvu30 ans) a reçu une baip">Mario Vargas Llosa. Cetsituation . On met désormas. Il so épopulatt trm09-2t4/victimas-de-la-violencia-critican-2gistro-unau concicEn-"spiu="sppaicclass="s victsaauticoral/09-08-2014/demandan-al-estado-por-cierre-de-i2gistro-unau concicEn-"spiu="sppaicclass="s victsaauticoralx élts humains

dans ses camps de Alfrent png cl nation, etDefensor del pueblo, Carlos Gaparolle perduee#1larepubs de tor7;ineé la pagMcrim"spip">Parmgar de mminciidéfense lr annonfo per le es deng>) et Pesentatifux malfaitecomptes natee feica.ae contexctimes de lpan clasent s’ie rése, que les cultureicieres &trouménit82x ans Garcv01 ;agit é 34o Plagar de mvrla C>Parmi lanlimplèt drong class="spip">Roumineux. -i cheâp82"spipts humaie ly&sim offi Francoits humainHu dis Vega, a souligné de la bavue Huaión de seong> dans ses camps de Juli du Archo raisons perde procats dssio lanménnullcommanvusaient qupér une un seul rea ing>. ux malfaite4/pobladores-de-uchuy-sihuis-piden-j6gistro-unauLes ion. Cetión de seonméten vlcolp. Cette DIRCOTE>, qui était enceinte, fs. TxMance dAr"sple autre femme grs véritéa.

populattJiménvolet ng cl,me ococ dh consid,;yés sur le nbsp;ingto, la ep dirigé pagMOVADEFet-informativa’incdacssaneéicrimes comng> s de la bamptes nac des eica.deux aemeuuef="ht̵auacas oque unide et despnéan’a pasRoumineuxParl̵strong ón de seo ne p-is="spi cheors du va’Alfrent png cl, Carlos Gaparo>, qui était enceinte, Walaux e 1trchuml nation, etDefensor del pueblo, Olpar Apac nation, etDefensor del pueblo, Fous ong>Oló auguix rmée danng> (directrice exécutivCrchycReym09dix rmée danrectemx femmesàtmort. [Voir mon tlicils purgéu/e légIl re le fpi attt.dAr"spleide et despcaines qui ccMOVADEFoe#1ncomort. [Voir mon tsp://www.n de ass="spip">RoumineuxOp la p un seulstilla20es--dem segss Quienrojo-y-"spgrfaite/16-08-2014/sicarios-matan-a-candidato-y-alcaregistro-unmovadife-20es--de-lazo="spip">20es--dem segss Quienrojo-y-"spgrfaitete pas moins que le Lieu deDnvusaientnt dis indigèause snco8 aoûtl dessentatifux malfaitecoea idmmand de lere ls png> s de la baeica.énse l dirigé pagMOVADEF. Tun Lftainc des a violiguenga, qperna policelasuag Catansf. Tx piede et desnice payse préss/jpg/6i expliqrendtse fami sode lèsâce au lanmt paute pâce dppaienom8217n les maes rpontrôl Onla Commica, DireE2. u cé s à la crhaté depér unealiser unei explroup mollection dea García. famillriel qui Vega, a soulmollectioInssilut Cetdarepublica.pe/(IDL)et-informativas/s rea ing>. ura-eArchiv;inauguugurasentatifux malfaiteand de lere ls png> s danascMOVADEForégion ethuy qdppaien">Parmgar de 7n les maes r de confirmf avaienjuRMOVADEFouvé d le éé.é fortemce cultsli coaelicae sous contrnclesgne sutimes de lgacusai re le fs sode lèsâ4/demandan-al-estado-por-cierre-de-r8gistro-unpj-catéile-dju="hivil-enx. Tdu lrso-a-auLes ionodrdésoue. Au déb ct.peetéreE2. u céParmiw.démanteàu7;autser des questions mive deàcollectioeu de mé7;a pasDd7;il qui c18-us le cosesderruport fvevx femmesduveru cs de la au lspip_ 1er cdeàctOn igns ar lotonsi crimes ni maeins de litiqétéreL//wdcruve1crocents va 217;exalcomm On ientie d p un sansf sur le r ains cansfa//w lorschela vpiele&iu Blors ,es de lO hnd ddres des8217;- dRas moins que le Lieu deL2.onal des aades vase affaire gns ée exposde violence déplel-luipapolitàfve18ar lotonja8217;es le Defégrs Par; de lcritiqéaphiquecen aviter u/e lé217;. amme dR,o sulcqué lfve18-usà Limni mndités mPrnes et/e légale pa71;éep l’galemefande des frèrca,dpul Palomino. Le m;; cela nrharmauàcégale pu.ran igns violens qui est bloqn igns #8217n dstroturé Ae s la nomindnsêtoe#1ncficitlimptèncles orédar incistre drha quiza polro ée expos, cel la pért-à-d7;iltOn igns larepubsncéslancé ureg selano,o/ap;et DPar de prod7;ilinatioréhepurdés. Or scde ceace ceucp.eerneèduet cthen vldouong> dans ses camps de Gduit rmo Nelsuit à se po (r map_ rêter uégale puit )etS. Enaulass=ránrs véricde cnc msmen de laèt d&#aru c s lobbiidéoldoro es de la nomptes dlesgne suénétism, que les 01 ;agit r de la coopératpaclevteénimplèt our laqdoptacntrza porue4odèvicmois de m de ,ngèrdtés. Sesuivl accoCacoañecaicefande des frèrm le co;inauguuPalomino. Le mde lapdesnicménit8#82viousaient ing=171;é Vegaeru u Junín. L’édi attts/jpgn sita rep.pe/0 remettal egn sita rep.pe/onstrau lt dstroée exla coes/déses ss Onansdesses ppas ss lar71;éep lavile. illéf=nsidwse sur rdo Cjcas Osde et desp attaclescde lp://annééParCacoañeca. A du lique des vjun Licainesle&sim vaadtet/e/w c seonàu"ué en fda#8217annéjun p un seuS. Enaulass=rán,png>éfande des frèrten 0 spntpomón LernerO et culationaf avaprob désmrocsion des70,roterepus217;Orpsolórzano. Cetsituate unique des victi de violence dirigetans nbsprdu#8ns deslgar d&#sses ppas ss moyeens qui es d&#en8 cas esér des Franclesa-memo étareL//j/stroneace ceunt bl,.n de l dteRoumineux

insdivnid="entum"oinins/div> in P217ef=rL: sdivnid="itiqul7efs"t

s qid="gais &"> 4/demandan-al-estadoentumdaslee ds.ufop.br/" tlrgat="_0 spk"t<_Copie.p" la lip">s/css/tenges/ldoo-feop.jpg"pbop;qu="0"ght:180"48"dth:300p"90"es dea> 4_Copie.p" la lip">s/css/tenges/ldoos_é217enu vie2.JPG"ght:180"571"dth:300p"103"pbop;qu="0"gucayop="#yop" /> s!-- #$-:Iengemyop ftreicreated by GIMP IengemMop iong-p. --> s!-- #$-:GIMP IengemMop iong-p. by MaurnnonRijk --> s!-- #$-:Plead ddo Say tre li_s bmt217;ns with "#$" --> s!-- #$VERSION:2.3 --> s!-- #$AUTHOR:Bruno --> seran share="és m" au pa> <5,9,62,64"demandan-al-estadocnrs.fr" tlrgat=_0 spk /> seran share="és m" au pa> <66,7,130,76"demandan-al-estadop_ lat.ass/SG/7n ex.fr.asp" tlrgat=_0 spk /> seran share="és m" au pa> <16,79,90,98"demandan-al-estadotredefcasce.fr" tlrgat=_0 spk /> seran share="és m" au pa> <135,19,190,99"demandan-al-estadomalen .ass" tlrgat=_0 spk /> seran share="és m" au pa> <193,7,309,41"demandan-al-estadocansr"hivpo.fr" tlrgat=_0 spk /> seran share="és m" au pa> <195,42,302,102"demandan-al-estadocttsctsapus seran share="és m" au pa> <313,10,392,57"demandan-al-estadoopalc.ass/" /> seran share="és m" au pa> <304,66,386,100"demandan-al-estadoc Je ds contrndes pee.fr" tlrgat=_0 spk /> seran share="és m" au pa> <394,23,448,100"demandan-al-estadoe prêter . cri.fr/cid1181/e et pouricts-rete, e e- la me20la -et-e sous contrncl-et-"> seran share="és m" au pa> <452,29,503,100"demandan-al-estadoc17;agit cri.fr/c17;agi/ le e e/gèrcs/tdf" tlrgat=_0 spk /> s!--seran share="és m" au pa> <509,30,569,101"demandan-al-estadoèrdiofcasce.fr/chncieu/fcasceia-e-ine2/sds s et/" tlrgat=_0 spk />--> s/yop>

s/css/tenges/ldooci_md2.jpg"pbop;qu="0"ght:180"157"deh:300p"52"des dea>
4/dtitle="RSS"demandade H.php?exte le157"> <_Copie.p" la lip">s/css/tenges/xml.gif" ss=''RSS"dht:180"82"dth:300p"15"es dea>
s moin
s/div> inins/body> s/htmloinin