Vous êtes ici : Accueil » Spécial Mexique Salon du livre de Paris

>>Jorge Volpi, Le jardin dévasté, éd. du Seuil et Des nouvelles du Mexique, éd. Métailié

Paris, mars 2009



Jorge Volpi est né à Mexico en 1968. Auteur d’essais et de plusieurs romans, parmi lesquels À la recherche de Klingsor et Le Temps des cendres, lauréat du prestigieux prix espagnol Biblioteca Breve et Prix Mazatlan 2009 du Meilleur écrivain mexicain.



En 114 brefs chapitres, Jorge Volpi oppose un narrateur qui lui ressemble comme un frère, vit comme lui au Mexique, aux États-Unis et en Europe, à l’aventure atroce d’une jeune Irakienne, Leïla, mariée à un homme qui sera une des premières victimes de la guerre. Ayant perdu mari, père et enfant, Leïla part de Mossoul en direction de Kirkouk où elle espère retrouver ses frères, seuls membres de sa famille encore vivants. Aidée par un djinn rencontré sur le bord de la route, elle poursuit sa traversée de l’Irak, et inspire au narrateur une désespérance tantôt sourde, tantôt violente, et des réflexions sans complaisance sur son propre pays et le rôle de l’individu dans nos sociétés.

Un livre intimiste et révolté qui frappe par sa justesse et sa sincérité.



Traduit de l’espagnol par (Mexique) Gabriel Iaculli.

À voir sur le site du SLAL : Le temps des cendres...



"Frente a la plaga de novelas banales que nos invade es necesario combatir por la novela compleja, aquella que no se rinde a la imitación, que desafía las convenciones, que busca superarse a sí misma. A lo largo de los siglos el arte de la novela ha sido una de las mayores fuentes del conocimiento humano : nos corresponde mantenerlo con vida." JORGE VOLPI



La littérature mexicaine des trente dernières années offre l’image d’un extraordinaire foisonnement et d’une diversité thématique qui font éclater toutes les représentations réductrices. Il n’y a pas Une littérature mexicaine, mais des écrivains mexicains singuliers. Qu’ils s’expriment dans le registre de la satire, du réalisme, du fantastique, de la chronique, de l’humour ; que leur univers romanesque soit noir, inquiétant, désespérant, corrosif, insolite, drôle ; qu’ils s’éloignent de leur pays ou en scrutent les plaies, les grâces et les rêves, tous témoignent d’une relation unique avec le Mexique, ses dires, son histoire, son présent. Et le prouvent, avec talent, par leurs nouvelles.


Partager :




RSS