div id="colgauche"ntenng=fr">iv i

Accueil h » Les rencontres de la Librairie. Radio Librería en direct ! en 2010

>>Damián Tabarovsky, Autobiographie médicale, éd. Bourgois. Rencontre le mercredi 20 octobre à 19h à la Librairie

Paris, Place de l’Estrapade, octobre 2010



Mercredi 20 octobre à 19h

à la nouvelle librairie El Salón del libro, 21 rue des Fossés Saint-Jacques. Paris 5e (Près du Panthéon).

Rencontre avec Damián Tabarovsky pour son nouveau livre Autobiographie médicale aux éditions Christian Bourgois.

L’intégrale à l’état brut - Radio Librería !


avec la participation de Diego Vecchio (écrivain, rdv le 4 novembre pour son livre Microbios chez Beatriz Viterbo et Microbes à l’Arbre Vengeur), Alain-Paul Mallard (écrivain), Odile Bégué (traductrice d’Opération massacre de Rodolfo Walsh), Gilles Bataillon (directeur d’étude EHESS, de passage et reviendra le 5 novembre) et le public de la librairie...

« Chez Tabarovsky, les personnages semblent vouloir se débattre avec une trame narrative qui est toujours la métaphore en acte des liens impitoyables qui les enchaînent. Comme si le choix de la digression, loin de les nier, loin d’être une impasse, était la formule d’une liberté reconquise ».
Emilie Colombani, Transfuge

A écouter sur France Culture l’émission de Colette Fellous 24 dans la vie de... Damián Tabarovsky à Buenos Aires.
A propos du livre Le démon d’Hubert Selby clic.



Le sort semble s’acharner contre Dami. Ce jeune sous-directeur de l’Observatoire des tendances socioculturelles a beau développer les idées et les initiatives brillantes, l’aboutissement de chacun de ses projets l’en voit systématiquement exclu pour raison de santé, le privant ainsi du mérite du travail accompli. Malédiction ou actes manqués ? Au fil d’un récit où le comique l’emporte sur le tragique, Dami passe de mission en mission, de métier en métier - de la vente de fripes à la production télévisée - avant de relativiser ses doutes et de laisser la vie reprendre son cours.

Traduit de l’espagnol par (Argentine) Nelly Lhermilier.



Penser et attendre. Telle est l’alternative qui s’offre à Jonathan à présent qu’il ne fait plus rien. Après des succès rapides durant les années de prospérité, sa vie est devenue simple expectative depuis que la crise économique a frappé l’Argentine et l’a privé de travail. Condamné à errer dans son quartier, il échafaude des projets avortés avant d’avoir même tenté de les réaliser. Il rencontre Mauge avec qui il s’installe quelque temps. Mais elle le quitte, soulignant ainsi le leurre stérile qu’est son existence. La solution, l’espoir se trouve peut-être dans un ailleurs plus lointain... pourquoi ne pas alors tenter sa chance en Europe ? En suivant les méandres de la pensée vagabonde de Jonathan, Tabarovsky propose une réflexion sur l’absurde, l’éphémère et exprime dans une prose dénuée d’utopie le désenchantement d’une société en prise aux politiques de Carlos Menem.



Une porte claque : Teresa vient d’être abandonnée. Ce coup provoque chez elle une stupeur métaphysique qui l’anéantit et la précipite dans un vertigineux périple mental et onirique. Plein d’ironie mélancolique, mi-érudit mi-sauvage, Bingo souligne la dimension tragi-comique du destin, sans toutefois bannir la chance, qui surgit dans une fin d’une beauté chaplinesque. Comment tromper l’ennui et donner un sens à sa vie ? Telle est la question qui taraude Mimi et Luciano, deux Argentins qui enseignent l’espagnol à de puissants Parisiens en quête de profit sur les terres sud-américaines. La solution ? Un hold-up de grande ampleur afin de punir la cupidité ambiante. Le moyen ? Des ondes neuro-linguistiques ? Pas de trace donc pas de preuve et un seul témoin, tout à fait inoffensif : le poulet Chiquitín. Dans un récit qui mêle absurde et cynisme, Tabarovsky déploie une virtuosité et un art maîtrisé de la digression. Entre e"nte social et satire politique, Les Hernies pointe la radicalité du banal.


">
Partager :
a
iv id="colgauchpied">



RSS

a