>>Leonardo Padura, El hombre que amaba los perros, éd. Tusquets et Métailié. Rencontres à Paris.

26 novembre 2016
Auteur(e) : 

Paris, place de l’Estrapade, janvier 2011



Rencontre avec Leonardo Padura à la Maison de l’Amérique latine, le lundi 10 janvier à 18h30 à l’occasion de la parution de L’homme qui aimait les chiens, Ed Métailié, traduit par René Solis et Elena Zayas.


Leonardo Padura
envoyé par Alexandre de Nunez

Un reportage de l’ami Christian Tortel sur Culturebox ! le blog de Christian Tortel .

Samedi 8 janvier à partir de 12h, toute la journée au Point Éphémère, 200 quai Valmy, Paris 10e.

Au menu, Apéro noir, débat, lectures, performances, cocktail...

avec l’ami Jean-Bernard Pouy, un habitué du Salon, en présence des écrivains Patrick Bard, Caryl Ferey, Sébastien Gendron, Véronique Ovaldé, de Joe. G. Pinelli (artiste), d’Anne Azoulay et Alice Varenne (comédiennes), de Mikael Demets et Clémentine Thebault (critiques) et d’Olivier Michel (libraire).


Leonardo Padura Pt Ephémère

Pour en savoir plus : Editions Métailié et le Point Ephémère



Dans la presse : Le Monde, France Culture, La grande Table



2004, La Havane. A la mort de sa femme, Ivan réfléchit sur sa rencontre en 1977 avec un homme mystérieux qui, après quelques rencontres, lui a fait d’étranges révélations sur l’assassin de Trotski, Ramon Mercader. Grâce à ces confidences, Ivan reconstitue les trajectoires des deux hommes et la façon dont ils sont devenus victime et bourreau, et replace ces faits dans le contexte cubain.

Article tiré du site : http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr
Rubrique:  Brèves